Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14 octobre 2015

Le Mois du film documentaire dans les starting-blocks !

Et c'est (presque) reparti pour le Mois du Film documentaire ! J-15 avant la première séance...

Et il y en a pour tous les goûts, jugez-en plutôt !

Le 27 octobre à 16hen partenariat avec la Maison des jeunes, et à l'occasion de la sortie du prochain James Bond, Everything or Nothing, l’histoire secrète de James Bond, de Stevan Riley (1h38)  suivi d’un film d’espionnage. Réalisé à l’ occasion des 50 ans de l'agent 007, retour sur la plus grande saga d'espionnage de l'Histoire, et sur les premiers pas de James Bond, initiés par les producteurs Albert Broccoli et Harry Saltzman, et par l'auteur Ian Fleming.

Affiches jeunesse - vie sauvage.jpgLe 4 novembre, à 14h30, La vie sauvage des animaux domestiques, de Dominique Garing et Frédéric Goupil. (1h30 ; à partir de 6 ans) Dans une ferme ordinaire, entre premiers bourgeons du printemps et canicule de fin d’été, les animaux semblent vivre en toute quiétude et en harmonie. Et pourtant, l’immersion dans la vie quotidienne de ces animaux, si familiers soient-ils, révèle une réalité complexe, inattendue, tragique parfois mais le plus souvent drôle.

Le 6 novembre, à 20h30, En friche, de Françoise Poulin-Jacob

A partir de l’observation et du décryptage de cartes postales publiées à l’époque, En friche revient sur l’histoire du Jardin Tropical, de Nogent Sur Marne, pour mettre au jour et mieux comprendre les mécanismes, la rhétorique et les mises en scène de la parade coloniale. Manière aussi de défricher les traces de l’esprit colonial qui ont été incrustées en nous et subsistent encore aujourd’hui. Suivi d'une rencontre avec la réalisatrice.

Affiche Mystère Macpherson.jpgLe 13 novembre, à 20h30, Le Mystère Macpherson,

de Serge Giguère.

De son petit atelier situé au coeur de l'ONF, Martine Chartrand confectionne une à une les images de Macpherson, un court métrage d'animation s'inspirant de la chanson du même nom de Félix Leclerc. Un texte auquel l'artiste d'origine haïtienne voue un très grand amour, elle qui, plus jeune, avait utilisé le récit de ce draveur noir pour trouver ses repères dans la culture québécoise. Au fil de ses recherches, Martine dresse peu à peu le portrait de ce Frank Macpherson, un homme d'origine jamaïcaine venu étudier au Québec au début des années 1920, voisin et grand ami de la famille Leclerc pour qui le poète québécois avait une profonde admiration. Suivi d'une rencontre avec le réalisateur.

 

affiches adultes - l'or rouge.jpgLe 20 novembre, à 20h30, L'Or Rouge, de Philippe Baron.

Le 6 juin 1944, les forces alliées débarquent en Normandie. Effectués à New York et à Londres, des dizaines de milliers de prélèvements sanguins sont dans les réfrigérateurs des bateaux. Grâce à une inédite chaîne logistique, cet or rouge est transfusé aux soldats anglo-saxons sur les plages françaises, une semaine plus tard. Le médecin juif américain d'origine allemande, Herbert Stern, participe au débarquement. A travers le parcours de ce personnage, le film retrace l'histoire de la transfusion sanguine. Il met aussi en exergue les blocages psychologiques associés au sang, sur fond de racisme. Suivi d'une rencontre avec le réalisateur.

N'hésitez pas à nous rejoindre, toutes les séances sont gratuites !

NB : Les DVD des films sont ensuite acquis par la Médiathèque.

Vous pouvez déjà retrouver les films des années précédentes

grâce au logo Mois du film documentaire sur les jaquettes !

08:18 Publié dans Animations | Commentaires (0)

03 octobre 2015

Prenez rendez-vous cet automne avec 1Dtouch !

Du 15 septembre 2015 au 15 octobre 2016, le Département du Morbihan permet à la borne interactive 1D Touch de circuler dans 14 médiathèques morbihannaises.

1D Touch ("1D" pour "indépendant") est une plateforme de diffusion en ligne de musique d'artistes de labels indépendants, avec un nouveau modèle économique alternatif et solidaire de rémunération des artistes.

Tous les abonnés des médiathèques concernées peuvent, dès à présent et pendant toute la durée de l’opération, bénéficier gratuitement d’un accès à la plateforme en écoute libre. 

Ce sont ainsi plus de 1 000 000 de titres à l’écoute, avec 50 000 artistes de 7 000 labels indépendants disponibles aux abonnés, où ils veulent, quand ils veulent, parmi lesquels : Aufgang, Bob Sinclar, Ez3kiel, Jacques Higelin, La rue Ketanou, Maria Callas, Anaïs, Feu Chatterton, Benjamin Clementine, Syd Matters, Le Prince Miiaou, Breton, John Coltrane, Ella Fitzgerald, Katia, Marielle Labèque, Wax Tailor, Yann Tiersen, et bien d’autres encore…

Rencontres-débats et concerts gratuits cet automne

Des rencontres-débats et des concerts gratuits avec des artistes et des acteurs de la musique sont organisés en partenariat avec L’Echonova et MAPL, dans toutes les médiathèques participant à l’opération :

-          Vendredi 2 octobre à 18 h - médiathèque de Quiberon
Présentation 1D Touch et rencontre autour de la musique enregistrée et du streaming musical.

-          Vendredi 16 octobre à 18 h - médiathèque de Pontivy 
Présentation 1D Touch, rencontre autour de la musique enregistrée et du streaming musical.

-          Vendredi 30 octobre à 20 h 30 - médiathèque de Baden
Présentation 1D Touch, rencontre autour de la musique enregistrée et du streaming musical en compagnie du musicien David Le Deunff, suivie d’un concert.

-          Vendredi 20 novembre à 18 h 30 - médiathèque de Guer
Présentation 1D Touch, rencontre autour de la musique enregistrée et du streaming musical en compagnie du musicien David Le Deunff, suivie d’un concert.

 

La borne sera présente cet automne dans les médiathèques de :

-          Auray du 15 septembre au 15 octobre 2015

-          Baden du 15 octobre au 15 novembre 2015

-          Guer du 15 novembre au 15 décembre 2015

Elle poursuivra son chemin à travers les médiathèques de Kervignac, Languidic, Locmiquelic-Riantec, Muzillac, Plouray, Pontivy, Quéven, Baud, Malestroit puis Quiberon jusqu’en octobre 2016.


Retrouvez toutes les informations sur www.morbihan.fr/1dtouch

19 septembre 2015

"Lecteurs, acheteurs, amis du livre jeunesse… nous avons besoin de vous !"

La Charte des auteurs et illustrateurs jeunesse poursuit ses appels sur la situation financière actuelle. « Si quelques éditeurs, trop rares, acceptent de payer décemment leurs auteurs jeunesse, dans l’écrasante majorité des cas, les maisons d’édition proposent des à-valoir dérisoires et des pourcentages ridicules, bien en deçà de ceux de la littérature générale. »

Dans la continuité de son action, Carole Trébor, présidente de la Charte, rappelle le slogan que l’on a entendu vibrer dans les couloirs du Salon du livre de Paris : « Pas d’auteurs, pas de livres ! » En juillet dernier, la Charte dénonçait de nouveau le taux de rémunération pratiqué pour les auteurs et illustrateurs jeunesse. 

Pourquoi l’auteur jeunesse est-il si mal rémunéré ? Il touche en moyenne 6 % de droits d’auteur par livre vendu (dans le cas des albums créés par un binôme, la réalité se situe souvent autour de 2 % ou 3 % chacun), contre 10 % dans les autres domaines (bande dessinée et littérature générale). La Charte

Cette fois, c’est à travers une pétition que l’organisme entend sensibiliser l’opinion publique. Et d’évoquer les « conditions déplorables auxquelles les auteurs et illustrateurs jeunesse sont soumis », considérant qu’une véritable omerta pèse sur les revenus. 

« Tous les lecteurs, tous les amateurs de littérature jeunesse sont concernés et peuvent la signer. Tous ceux qui sont sensibles au sort des créateurs, au sort de ceux qui amènent la matière première de la chaîne du livre, au sort de ceux qui, malheureusement, ne peuvent pas vivre de leur métier dans une grande majorité des cas, peuvent la signer. »

La situation n'a évidemment pas changé en quelques mois : « Un auteur jeunesse touche en moyenne 6 % sur le prix hors taxe du livre. Quand l’ouvrage est illustré, auteurs et illustrateurs doivent se partager ce pourcentage. Un auteur de littérature générale, de BD ou d’essai touche en moyenne 10 %. » Aucune raison, ni artistique ni économique, de légitimer cette sous-rémunération. À moins de se pencher sur des habitudes ancrées dans l’histoire, mais complètement obsolètes : les premières artistes de la littérature jeunesse étaient des femmes, qui défendaient peu leurs droits et ne prétendaient pas vivre de leurs écrits. La Charte

La Charte poursuit : « Impossible de vivre et de créer dans ces conditions. Se consacrer à l’écriture ou à l’illustration, c’est mourir de faim. Pourtant, la littérature jeunesse est vivante, créative, ce n’est pas une sous-littérature et elle se vend bien. »  Elle interpelle l’ensemble des professionnels, bibliothèques, librairies, institutions culturelles, salons du livre ou association d’auteurs, les invitant à signer, pour manifester leur solidarité à l’égard des auteurs. « Elle nous servira au cours des négociations que nous menons déjà auprès des éditeurs et des instances publiques dans le but d’améliorer la situation des auteurs. »

 

07:40 Publié dans Actu | Commentaires (0)

05 septembre 2015

Oui les Français aiment lire !

Un sondage réalisé par BVA, l’institut d’études de marché et d’opinion, pour Doméo et la presse régionale, tente de rétablir (enfin) la vérité : non, les Français ne lisent pas que l’été, et oui, ils préfèrent un livre à la télévision. Et pour cause, plus de 7 Français sur 10 déclarent aimer lire. Et ça ne s’arrête pas là…

Selon l’étude, la lecture est « un moment privilégié pour les Français ». Partant de ce constat, les résultats s’enchaînent. 77 % des Français ont déclaré aimer lire. 86 % d’entre eux sont alors des personnes âgées de plus de 65 ans, et 89 % sont des femmes. Cependant, lire n’est pas nécessairement synonyme de livres. Si 67 % les préfèrent, 61 % des lecteurs lisent également des journaux et 60 % des magazines.  

Pour ce qui est de la bande dessinée, ce format n’a pas encore la cote selon ce sondage intitulé « les Français et la lecture ». Seuls 4 Français sur 10 apprécient cette forme et sont à 50 % des hommes. 

Enfin, plus de la moitié d’entre nous (53 %) préfèrent lire un livre plutôt que de regarder la télévision. En revanche, difficile de faire face au petit écran : 49 % préfèrent surfer sur Internet. 

 

Marcel Pagnol, Victor Hugo et Agatha Christie, écrivains préférés des Français :  Les Français aiment lire, certes, mais que lisent-ils ? Selon BVA, les trois auteurs préférés des Français sont Marcel Pagnol, Victor Hugo et Agatha Christie. Pour ce qui est des auteurs français, Marcel Pagnol et Victor Hugo arrivent ex aequo (24 %), suivis par Émile Zola (18,4 %) et Jules Verne (15,2 %). 

Agatha Christie (25,1 %) arrive, quant à elle, en tête de peloton concernant les écrivains étrangers. Elle devance Stephen King (19 %) et Mary Higgins Clark (17,7 %). Sherlock Homes, héros de romans policiers ou polars préféré des Français 

 

Et pour la bande dessinée ? Astérix est bien ancré dans le cœur des Français. Il serait à 49,7 % cité comme leur héros de BD préféré. S’ensuivent Tintin (43,1 %) puis Goscinny et Uderzo pour « les 65 ans et plus et les habitants des régions du Nord-est », précise l’institut. Enfin, Lucky Luke a été dégainé à 22 % par les Français, tout juste devant Gaston Lagaffe (21,7 %)

 

Côté romans policiers, Agatha Christie à l’appui, les Français aiment la lecture britannique, et plus particulièrement les personnages british. Sherlock Holmes (37,2 %) et James Bond (30,2 %) sont ainsi les deux héros favoris de romans policiers ou polars. Le top 5 est complété par des personnages francophones : Arsène Lupin (26 %), Hercule Poirot (21,8 %) et le commissaire Maigret (19,6 %). 

07:50 Publié dans Actu | Commentaires (0)

28 août 2015

Bibliothèque et cinéma, même chez les stars...

https://www.youtube.com/watch?v=qmg7Ztm2UiQ&list=PLGgP-iwu9i_zXbzq5zKbJp4kVyGVRtlJk&index=29

Sissy Spacek, Leonardo Di Caprio, Audrey Hepburn

et quelques autres vont à la bibliothèque.

Et il leur arrive pas mal de choses...

14:54 Publié dans Cinéma | Commentaires (0)